Barrage / barrage Surselva

Staumauer, Pigniu

img_4kq_cdjicdhh
img_4kq_cdjicdhi

Montrer 4 photos

img_4kq_dgfdjchi
Dans la petite communauté de montagne de Pigniu/Panix dans le Vorderrheintal grison, un mur de barrage a été construit en 1989 à l’arrière du grand bassin. Depuis septembre 1999, le mur sobre montre le randonneur d’un tout autre côté.

Description

Dans la petite communauté de montagne de Pigniu/Panix dans le Vorderrheintal grison, un mur de barrage a été construit en 1989 à l’arrière du grand bassin. Depuis septembre 1999, le mur sobre montre le randonneur d’un tout autre côté. Déjà au premier virage en épingle à cheveux vers Pigniu vers le réservoir, vous verrez des carrés blancs et noirs. Puis soudain, une énorme tour bleu vif jaillit entre les sapins, derrière eux des pions d’une partie d’échecs, couchés et debout. Au fur et à mesure que vous continuez la randonnée, l’image disparaît. Mais alors des têtes apparaissent, toute une armée, avec d’énormes casquettes sur la tête, surmontée d’autant de baïonnettes pointues. Et puis vous voyez: de droite à gauche, des soldats russes, qui mesurent 12 mètres, marchent dans une longue colonne sur le mur du barrage vers la tour.

C’est exactement l’objectif que l’artiste né en Engadine Martin Valär voulait atteindre avec son œuvre monumentale. Pendant longtemps, il a rêvé de transformer un mur de barrage en peinture - malgré les difficultés particulières qui découlent uniquement des dimensions et de la conception. Le mur panix était presque idéal à cet égard. Construit comme un mur de poids avec une hauteur de 50 m et une longueur de couronne de 240 m, il offrait une énorme toile de béton.

Le début prévu des travaux en mars 1999 a dû être reporté au mois de mai en raison de la neige abondante et de la fermeture de l’accès. En environ 25 jours ouvrables, Martin Valär a réalisé sa photo de 80 m de large et 40 m de haut avec les moyens les plus simples. Plus de 300 fois, il est descendu en rappel par-dessus le mur avec un seau de peinture et un rouleau. Au moyen d’énormes gabarits, les soldats ont été esquissés sur le mur et, à l’aide d’un système sophistiqué, les « paysans » tombés au combat ont été placés. Le 3 juillet 1999, les soldats russes ont reçu leur pantalon blanc. Rien que pour cela, Valär a dû descendre en rappel par-dessus le mur 27 fois. Pendant 20 à 30 ans, la peinture de dispersion extérieure doit résister aux conditions météorologiques.

Martin Valär a utilisé l’idée de la peinture monumentale pour jouer aux échecs, le jeu de guerre qui était populaire en Russie: En 1799, le général russe Alexandre Vassilievitch Souvorov a marché avec son armée d’Elm à Pigniu sur le col de Panixer en retraite de la Français. L’armée affaiblie a été tellement affectée par la route ardue et la neige précoce qu’elle est arrivée à Pigniu décimée, où elle a pillé tout le village.
Sur le mur du barrage, Souvorov est représenté comme une tour bleue chancelante - ce général qui avait été poussé d’avant en arrière avec son armée par les dirigeants de l’époque comme sur un terrain d’échecs de guerre. Ses soldats tombés au combat reçoivent un monument à travers les pièces de pions d’échecs: dans une rangée presque sans fin, les soldats russes survivants se déplacent au-dessus du mur.

Pour Martin Valär, une chose est importante : « Avec l’art, il faut aller vers les gens, et non l’inverse. Une image sans spectateur n’a pas de sens. Mon art devrait stimuler l’individu à penser. C’est un processus qui commence chez l’artiste et déclenche quelque chose chez le spectateur via le médium de l’image. L’art peut et doit aussi être éphémère. »

(Texte saisi par: Regiun Surselva)

Carte

Responsable de ce contenu: Surselva Tourismus AG.
Ce contenu a été traduit automatiquement.

Outdooractive Logo

Ce site web utilise la technologie et le contenu de la plateforme Outdooractive.