737 - Via Calanca

23.4 km
7:40 h
1052 m
321 m
img_4kq_bhifdega
img_4kq_bhgdcdcg_qiuicbj_574vy1u

Val Calanca est né dans le groupe de montagnes Adula, au cœur des Alpes, et s’ouvre sur les vignobles de la basse Val Mesolcina. Il est traversé par la Calancasca, dont les sources coulent au pied du Zapporthorn, qui culmine à 3152 m.

À l’embouchure de la vallée, les villages de Castaneda et Santa Maria sont situés sur les terrasses du côté mésolcinais, tandis qu’à l’intérieur des villages sont situés principalement au pied des pentes boisées et rocheuses abruptes ou sur les terrasses à haute altitude.

Une réserve de matières premières et des espaces naturels de premier ordre

Le paysage de la Calanca extérieure offre une végétation luxuriante et variée, dominée par le châtaignier, qui cache en partie les grandes terrasses construites au fil des siècles pour la culture des céréales. L’épicéa et le mélèze colonisent progressivement la vallée intérieure, lui donnant un aspect typiquement alpin, auquel contribuent également les alpages de haute montagne. Le bois, la pierre et l’eau marquent intensément le paysage naturel et culturel de Calanca.

Stratification des événements humains

L’histoire de la population des terrasses de Castaneda et Santa Maria possède des origines millénaires, exprimées par la découverte d’une colonie de la fin du Néolithique, et est liée à la route de transit sous-jacente du San Bernardino, un pont entre les mondes méditerranéen et continental. Les établissements les plus anciens de la vallée intérieure sont après l’an mille et jusqu’au siècle dernier ont été caractérisés par la pratique de la transhumance sur trois niveaux, du fond de la vallée aux montagnes et aux Alpes, ainsi que par les fréquentes migrations de personnes à travers les cols alpins transversaux.

Technique 0/6
Condition 0/6
Point le plus haut  1071 m
Point le plus bas  339 m
Meilleure saison
janv.
févr.
mars
avr.
mai
juin
juil.
août
sept.
oct.
nov.
déc.
Start
Grono (Italie)
Destination
Rouge (Calanca)
Coordonnées
46.246531, 9.143056

Details

Directions

La ViaCalanca en trois étapes.

1. Étape Grono (340 m) - Santa Maria (955 m): 4 km, 2 heures(Santa Maria - Braggio: 7,3 km, 3,5 heures)Un paysage culturel façonné au cours des millénaires

De Grono, la route monte à Nadro avant de serpenter le long du sentier Menö et de l’ancienne route de la vallée construite vers 1830 pour le transport du bois. Vous atteignez le complexe suggestif des moulins de Pisella, entouré de terrasses agricoles séculaires et dominé par la forêt de châtaigniers de Mola. Juste au-dessus, la terrasse de Castaneda (800 m) porte les témoignages d’une agriculture datant de plus de 4500 ans.

De Castaneda, un ancien chemin muletier flanqué de murs en pierre sèche mène au village de Santa Maria, dominé par un complexe architectural qui, unique par sa beauté, évoque un passé majestueux. Santa Maria, avec son église paroissiale déjà documentée en 1219, était la capitale religieuse et politique de toute la Calanca. L’aspect actuel de l’église remonte au début du XVIIe siècle, lorsque les Pères capucins se sont installés dans l’hospice adjacent. La tour médiévale a été érigée au XIIIe-XIVe siècle par les comtes de Sacco. En position dominante sur le fond de la vallée de la Méditerranée, il faisait partie d’un système de contrôle territorial.

De Santa Maria, un chemin mène aux montagnes de Bald (1220 m) d’où le regard balaie les vallées latérales de la Mesolcina et du Piano di Magadino. Le chemin monte jusqu’à la tourbière de Pian di Scignan (1500 m) et le plateau de la chapelle de Sant’Antoni de Bolada (1674 m) d’où vous pourrez profiter d’une vue imprenable sur la Calanca, avant de descendre vers Braggio (1320 m).

2. Étape Santa Maria (955 m) - Selma (914 m): 10,3 km, 3,5 heuresLe monde alpin: éléments naturels et ressources humaines

De Santa Maria à Buseno-Molina (710 m), le sentier historique Circolo sert de pont entre calanca à l’extérieur et à l’intérieur. L’itinéraire est dominé par les formations rocheuses spectaculaires de la Crap de Maria et traverse un paysage tout à fait unique, dominé par des genêts, des genévriers et des aubépines. À Buseno se dressent les dernières châtaigneraies luxuriantes, dont les fruits ont été la base de la nutrition rurale pendant des siècles.

La pierre Dans la vallée, l’exploitation du gneiss possède une tradition séculaire. Le long du tronçon qui relie Buseno à Arvigo (820 m), sur la rive droite de la Calancasca, flanque un imposant secteur d’extraction et de traitement de la beola active depuis un siècle maintenant.

L’eau et l’air Entre Arvigo et Selma, l’itinéraire longe la rive gauche de la Calancasca offrant des paysages naturels de conte de fées. Depuis le pont à dos d’âne mentionné au XVIe siècle, l’ancien chemin muletier mène soudainement à un environnement alpin spectaculaire dominé par l’impétueux écoulement de l’eau. Les téléphériques d’Arvigo et de Selma relient le fond de la vallée aux terrasses de Braggio (1320 m) et de Landarenca (1280 m), également accessibles à pied par des chemins muletiers historiques. Les hameaux de Braggio font écho au noyau rural compact de Landarenca, un joyau de l’architecture en pierre et en bois.

3. Étape Selma (914 m) - Rouge (1088 m): 6,7 km, 2 heuresGenti, animaux, marchandises: migration, transhumance, commerce

De Selma à Cauco (981 m), le chemin rencontre la première véritable zone plate. Cauco était un centre de traitement de la stéatite. Cet artisanat, dont les origines à Moesano remontent à l’époque romaine, a joué un rôle de premier plan au XVIIIe siècle.

Au nord du village de Cauco, vous traversez la plaine inondable de Pian di Alne, qui tire son nom des aulnes blancs qui la recouvrent en partie. Dans le passé, lorsque le transport du bois avait lieu sur la rivière, des quantités de borre s’arrêtaient ici, crues par une écluse érigée près du pont actuel.

L’église paroissiale de Santa Domenica (1035 m) est un chef-d’œuvre de l’architecture baroque. Avec l’église mère de Santa Maria, elle était la seule à posséder le titre de paroisse depuis le milieu du XVIe siècle. À Santa Domenica et Augio (1039 m), les effets positifs de l’émigration calanchina dans les villes européennes transparaissent à travers les bâtiments religieux et privés, tels que la Casa Spadino, un bâtiment du XVIIIe siècle, et l’hôtel Cascata, avec la belle galerie des glaces, du début du XXe siècle.

De Rossa, les routes de transhumance mènent aux Alpes, appréciées depuis des siècles, tandis qu’une fois dans les bois de Valbella à côté des bûcherons étaient actifs les ragiaioli, artisans de la résine requise jusqu’en Bavière.

Le col de Giümela (2117 m), le col de Buffalora (2261 m), la Btta de Trescolmen (2161 m) et le col de Passit (2082 m) ont toujours été les passages les plus importants vers les vallées voisines.

Responsable de ce contenu: Ente Turistico Regionale del Moesano San Bernardino, Mesolcina, Calanca.
Ce contenu a été traduit automatiquement.

Outdooractive Logo

Ce site web utilise la technologie et le contenu de la plateforme Outdooractive.