Église Val Surses Savognin Bivio

Evangelische Kirche Bivio

img_4kq_fdjebddj
img_4kq_fdjebcjh

Montrer 4 photos

img_4kq_fdjebcie
Dernier édifice sacré sur la route du Julier avant l’ascension vers le sommet du col, l’église évangélique de Bivio pose un signe de foi chrétienne.

Description

La langue italienne était déjà devenue native de Bivio au début du 16ème siècle en raison de la forte immigration de Bergell. En 1584, une partie des Biviens adopta la nouvelle foi, ce qui renforça encore l’influence de l’italien. Pendant plusieurs décennies, catholiques et protestants ont vécu en bon accord et ont utilisé ensemble l’église Gallus existante. La situation changea lorsqu’en 1631 les Capucins prirent en charge la pastorale de Bivio. Une certaine réticence envers les Capucins devint perceptible parmi le peuple protestant, car ils étaient considérés comme des représentants des contre-réformés. Et dans les trois décennies suivantes, les relations confessionnelles de la municipalité de Bivio sont devenues le principal point de discorde des Trois Ligues. Le synode protestant, le chapitre de la cathédrale de Coire et enfin le Bundstag ont traité à plusieurs reprises de la présence des Pères dans le bivio, avec la question de l’utilisation de l’église gallsu ainsi que du cimetière. Les têtes brûlées des deux côtés ont remué à plusieurs reprises le Confessionnal Steit, où l’aide et le soutien ont été recherchés auprès de coreligionnaires étrangers dans les Trois Alliances et dans la Confédération. Au plus fort des conflits au début de l’été 1657, alors que, d’une part, le nombre de soldats à déployer et les réserves de munitions étaient déjà déterminés, il n’aurait pas manqué grand-chose pour que la pêche se transforme en guerre de religion. Lors d’une réunion d’alliance des Trois Ligues à Coire (le 9 août 1657), le différend de plusieurs décennies sur le Galluskirch prit fin. Les réformés renoncèrent à leurs droits sur les Galluskiche, furent autorisés à construire une salle dans une maison privée pour le Divin Serviteur et les catholiques cédèrent la cloche de l’hospice de Saint-Pierre sur le Septimer. La salle ne semble pas avoir plu aux Biviens et ils ont plus tard construit une église.

Carte

Responsable de ce contenu: Tourismus Savognin Bivio Albula AG.
Ce contenu a été traduit automatiquement.

Outdooractive Logo

Ce site web utilise la technologie et le contenu de la plateforme Outdooractive.